Le monde associatif local était à l’honneur samedi à l’occasion de la signature d’une convention entre la Ville et l’association Très d’union.

Le maire Jean Esmonin a réuni l’ensemble des membres de Très d’union, représenté par leur président Nicolas Sok, ses ­adjoints, représentés par ­Raymond Phal, en charge de la jeunesse, et Sandrine ­Richard, en charge du conseil consultatif de la jeunesse avec Raymond Phal et Thierry ­Falconnet, conseiller délégué à l’emploi. Tous étaient présents pour assister à la signature de la convention dont l’objet principal est le soutien de la Ville à cette nouvelle association créée il y a un an et demi par des Cheneveliers.

Son objectif est à la fois simple et ambitieux : « Très d’union a pour but de créer un lien entre l’institutionnel (institutions locales et municipales) et les citoyens en facilitant la transversalité entre ces deux entités, cultiver les valeurs citoyennes chez les jeunes. Mais aussi de mettre en place des actions ou de contribuer à des événements ayant pour objectifs de créer des pôles d’échanges et de partages favorisant l’insertion sociale, économique, psychologique des jeunes et des moins jeunes, prendre conscience du potentiel humain, intellectuel, culturel et ­matériel existant dans la ­commune, faciliter les démarches administratives, les suivis scolaires (soutien scolaire) et professionnels des jeunes et adultes, promouvoir le bien vivre ensemble, lien intergénérationnel, interculturel et de niveaux sociaux ­différentes. »

Une fois qu’on a dit ça, tout est dit ! Pourtant, en dehors des mots et des bonnes intentions, le président Nicolas Sok, son trésorier Rachid ­Faddoul et sa secrétaire ­Saliha Bachri entendent bien parvenir à leurs fins. Ils peuvent compter sur une équipe de bénévoles motivés, tous acquis à la cause des jeunes. Pas question pour Très d’union de ­concurrencer le service jeunesse de la municipalité que dirige Magaly Daubier, ni le centre social Le Tremplin, ­placé sous la responsabilité d’Abdellah Wakrim.

Cette association intervient sur un créneau d’âges pas vraiment exploité puisqu’il s’agit essentiellement des lycéens. « En effet, si le Clas apporte du soutien scolaire aux enfants de primaire et du collège, il existe un vide en ce qui concerne les lycéens et les primo-étudiants », souligne Nicolas Sok. Du coup, Très d’union est là pour les aider en proposant des séances de soutien scolaire animées par des étudiants mais aussi par un professeur de lycée, M. Dahbi.

Le président envisage même un partenariat avec la doyenne de la faculté de Dijon afin d’intéresser les étudiants du premier cycle universitaire à l’association. Océane, une jeune lycéenne, est intervenue au nom de ses camarades pour témoigner de l’importance de l’aide que leur apporte Très d’union. ­Elle parle d’un accompagnement indispensable sur le chemin de la réussite scolaire. Comme l’a précisé Mohamed Zasni, membre de l’association, « les intervenants ne font pas les devoirs à la place des participants. Ils sont là pour leur apporter de la méthode et de l’autonomie dans leur travail. L’idée est de les faire sortir de cette spirale de l’échec. Pour cela, il leur faut connaître la réussite ».

Pas seulement le scolaire

L’association Très d’union ne se résume pas au soutien scolaire des lycéens ou de certains collégiens en grande difficulté. En effet, elle comprend différentes sections, comme les activités socio-éducative et sportive, la sensibilisation au civisme… Il est prévu d’organiser, dans les prochains mois, un tournoi de foot en salle et faire participer des jeunes au Marathon de Paris.

Très d’union compte déjà une cinquantaine de membres. Ils habitent Chenôve et comptent bien faire vivre cette association qui devrait bénéficier prochainement d’une subvention municipale. Le maire Jean Esmonin a précisé que le dossier d’attribution était en bonne voie. Il appartiendra au conseil municipal de le valider, ce qui devrait permettre à l’association de réaliser les projets en cours.

Dans l’immédiat et suite à la signature de la convention bipartite, l’association bénéficie de conditions d’accueil exemplaires au centre social Le Tremplin, situé à proximité de l’hôtel de ville, dans les anciens locaux de l’école maternelle Paul-Bert.

Suivez nous

Twitter

Activité

7.png0.png8.png0.png4.png
Aujourd'hui44
Hier77
Semaine280
Mois1037
Total70804

14 décembre 2017
Powered by CoalaWeb